Extraits (Mercredi 23 juillet 1997) : En mémoire d’Adèle H.

Extraits (Mercredi 23 juillet 1997) : En mémoire d’Adèle H.

Il est des jours, où comme en politique, l’intervention du Deus ex machina, apporte un dénouement inattendu à une situation difficile, où le bon présage ne semble pas de rigueur. Ce mercredi vingt-trois juillet, est un de ces matins là, qui nous plongent au coeur de complications dès le début du jour, et dans ce cas, pour de banales considérations ineptiques, dont l’intérêt ne justifie en aucune manière, le fait d’affronter à brûle-pourpoint un lever de rideau matutinal, le ventre vide, aussi vide que paraît dépourvue d’intelligence, de sens des responsabilités et de grandeur d’âme, cette lourde femme aux accents condescendants, qui semble avoir beaucoup de peine à dissimuler son inexpérience et sa couardise. Je reste interdit devant une telle lâcheté d’attitude, et devant une si grande pusillanimité. Qu’importe, Adèle H, voyage maintenant seule dans le monde céleste de l’éternité, et quant à cette Georgette K, malheureusement, elle continue à persévérer dans celui de l’incompétence notoire, mue par une lenteur extrême et une nonchalance insolente. Cette femme, de complexion forte et antipathique dont émanait tant de roguerie, qui grasseyait et s’exprimait d’une voix de rogomme, dans un jargon onomatopéique, tout à l’opposé de l’atticisme et de la faconde des gens lettrés, était empreinte d’un béotianisme marmoréen, dépourvue de toute alacrité, dénuée de toute affèterie, adepte des pratiques de la palinodie permanente, bref, une femme qui dans son entité, représentait un sinapisme évident à toute relation humaine saine. Son précepte « primum vivere, deinde philosophari » se résumait sans nul doute à un nihilisme des plus sordides, ce qui, in petto, je le concède, est une tautologie eu-égard à sa moralité de circonstance. Singulièrement, Georgette exerce le noble métier d’infirmière, ce qui ne manque pas de me laisser pantois, face à si peu de charité, de dévouement, et d’altruisme. Brillant dans l’immobilité complète de sa paresse, elle exposait avec encore plus de véridicité, et sans vergogne, son ignorance et son incapacité, ce qui montrait pour qui la regardait, une vision des plus affligeantes. Son extrême apathie, arborait un air de fatuité aux accents spécieux, qui ne faisait que corroborer son humeur acrimonieuse. Si les génies sont l’effroi de leur temps, les médiocres dédaigneux, font honte au leur. C’est ainsi qu’en ce mercredi matin, je suis resté interdit devant tant de maladresses ignominieuses, causées en un si court instant par cette lourde silhouette à la démarche pataude. Il est vrai que sa balourdise n’avait de limites que dans la mesure de son défaut d’intelligence et de jugement, syllogisme, s’il en fut, à l’instar d’une lapalissade. Cette femme massive et gauche, avait déjà sans nul doute atteint son niveau d’incompétence, avant d’avoir pu, tout au long de sa triste existence, ne serait-ce qu’une seule fois, faire montre de son mérite, de son talent, et de sa valeur.

Paul Stendhal

Publié dans : Prose Libre |le 6 juillet, 2011 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles