Poème : Élégie du poète

Élégie du poète

La muse s’amuse,
Et l’égérie se rit,
De ce poète assassiné
Telle une bête traquée,

Qui agonisant dans l’arène,
Hurle sa peine et ses douleurs,
Chant funèbre d’une sirène,
Le cœur brisé et l’âme en pleurs.

Des amours impossibles
Aux accents indicibles,
La muse s’amuse,
Et l’égérie se rit.

Paul Stendhal

Publié dans : Poèmes |le 6 juillet, 2011 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles