Archive pour juillet, 2011

Poème : A la dame de Liège

A la dame de liège

Ce dîner de fête fut bon et si savoureux,
La soirée dansante, sur cette bien belle musique,
L’invitée charmante dans son habit camaïeu,
Et le temps suspendu, dans ces heures magnifiques.

D’une si douce amitié, mille mercis madame.
Au royaume des mots où vous m’avez transporté,
Vous m’avez enchanté l’esprit, et réjoui l’âme,
Pour ce grand jour où nous fêtions la Liberté.

Paul Stendhal

Publié dans:Poèmes |on 15 juillet, 2011 |1 Commentaire »

Poème : Le bal des coeurs

Le bal des coeurs

Après le temps des gardes à vous,
Ce soir sur le pont j’y serais,
Voyant le feu avec attrait.
Pour notre premier rendez-vous,

En hommage à tout l’Outre-mer,
Un grand bal y sera donné.
La clarté y sera lunaire,
Ensemble nous pourrons y danser.

Les toilettes seront colorées,
Nos coeurs, ô combien enchantés,
Fêteront cette liberté,
D’être ainsi collés et serrés,

Et cavaliers et cavalières,
L’un contre l’autre, dans la passion
De cette fête vacancière,
Uniront de vraies émotions.

Paul Stendhal.

Publié dans:Poèmes |on 14 juillet, 2011 |1 Commentaire »

Poème : Ode à la nuit

Ode à la nuit

La tête dans les étoiles, et le coeur sur la Lune,
Aimant cette paix de la lointaine province,
N’osant pas proclamer ma venue de Neptune,
Ultime poète, qui pourtant n’est pas un prince,
Infant d’un royaume où la poésie est reine,
Trouvant le bonheur, dans cette vie plus sereine.

Paul Stendhal

Publié dans:Poèmes |on 13 juillet, 2011 |1 Commentaire »

Poème : La poétesse

La poétesse

Muse d’une douce et vraie tendresse, cette belle dame
Illumine de joie, celles et ceux qui la lisent.
Charmant leur cœur, leur esprit, mais aussi leur âme,
Harmonisant les mots qui voyagent à sa guise,

Elle vous emmène dans ses rêves pleins de poésie,
Laissant voguer l’idée au gré de fantaisies,
Embellies d’une pure musique enchanteresse.
Habilement elle répand toute son allégresse,

Acclamant dignement son dévoué partisan.
Rayonnante de bonheur, elle dit ses envies,
Dans ses compositions d’un attrait fort plaisant.
Emporté par ses vers, le lecteur est ravi.

Nul n’est besoin du népenthès pour cette muse,
Narrant les mots de la vie avec élégance.
Et son radeau n’est pas celui de la méduse !
Debout, elle navigue son chemin avec aisance,

Et raconte de belles histoires qui font rêver,
Laissant l’imaginaire, bercer ses sentiments.
Impressions paisibles qu’il faut sans cesse raviver,
En écrivant d’exquises pages bien joliment.

Gageure du talent éprouvé par les heures,
Elle nous envole dans un éden aux mille couleurs,
Égrenant le temps aux sons des grains de limon,
Narguant les viles critiques et les giraumons.

Baignés de lumière, ses poèmes sont éclatants,
Et sa prose, a l’ample cadence des beaux cantiques.
Les aiguilles ne tournent plus l’espace d’un instant,
Gageant leur cause à ses beaux écrits romantiques.

Il est bon de s’épanouir ainsi sur ses rimes,
Qu’une vraie poétesse de grand talent exprime,
Unissant dans son coeur, l’automne et le printemps.
Espérant, ô combien, vous lire encore longtemps !

Paul Stendhal

Publié dans:Poèmes |on 12 juillet, 2011 |1 Commentaire »

Poème : Vous

Vous

Vos écrits m’ont tous transporté,
Oh ! oui, je suis vraiment conquis.
Une espérance, votre amitié,
Si bien sûr, elle vous en sourit.

Paul Stendhal

Publié dans:Poèmes |on 11 juillet, 2011 |1 Commentaire »

Citation

Citation

Pas une femme ne vaut une telle tragédie;
Va, vis, pardonne, et sache que l’amour délivre.

(Paul Stendhal)

Publié dans:Citations |on 10 juillet, 2011 |3 Commentaires »

Poème : La nymphe et le berger

La nymphe et le berger

Un berger assis sur une pierre près de l’eau,
Veillait sur son troupeau, son chien à ses côtés.
Comme elles sont belles, dit-il, en regardant Malko
Son fidèle compagnon dans la loyauté !

Point de soucis, elles vivent et paissent vraiment tranquilles.
Elles gambadent et cabriolent sans s’inquiéter,
Dans cette belle musique de chants cantabiles,
Résonnant dans la montagne, une pure beauté.

Mais malgré ce bonheur, il pensait à sa vie,
Étant seul et sans ami, pleurant son passé,
Désirant ressentir dans son coeur cette envie,
De sourire, et d’oublier cet amour blessé.

Le soir venu, voyant les étoiles, il sentait
Une vraie douceur, et l’âme en paix, s’endormait.
Plus rien ne pouvait troubler ce temps caressant,
Mais en songe, elle apparut, en le réveillant.

Errant la nuit dans la forêt, la nymphe lui dit:
Libère ton coeur maintenant, et pense à vivre !
Pas une femme ne vaut une telle tragédie;
Va, vis, pardonne, et sache que l’amour délivre.

Paul Stendhal.

Publié dans:Poèmes |on 10 juillet, 2011 |1 Commentaire »

Poème : Nadège

Nadège

Nul n’est besoin du Népenthès,
Auprès de cette belle princesse.
Depuis le matin jusqu’au soir,
Elle chante une vie d’espoir.
Gare au vilain qui fait chagrin,
Elle lui réserve un vrai destin.

Gorgées de blanc et cigarettes,
La rime s’envole dans ses bluettes.
Envie d’écrire tous ses désirs,
Il lui faut bien se faire plaisir.
Zélatrice du beau langage,
Elle crie sa vie dans le partage.

Paul Stendhal

Publié dans:Poèmes |on 9 juillet, 2011 |1 Commentaire »

Poème : Oaristys

Oaristys

Maintenant, c’est le temps de la Saint-Valentin ;
Ave Maria, quel beau jour que ce matin.

Rare dans l’existence, survient cette sensation, qui
Indéfectiblement, fait s’épanouir deux vies.

Autant dire qu’il apparaît vite, une vraie douceur,
Défiant toute habitude, et troublant nôtre cœur,

Espérant, qu’un temps prochain, tous deux, nous clamions
La joie commune de cette si belle émotion.

Oaristys galante, et si belles vertus,
Un beau jour tu nous tiens, et tu nous rends émus.

Recevoir, partager, donner et sublimer,
Dans la tendresse, l’amour et la félicité.

Être tout l’un pour l’autre, et dans ce bel instant,
S’avouer simplement cette idylle dans le temps,

Des sentiments sincères et si bouleversants,
En croyant à la naissance d’un bonheur autant

Merveilleux, qui nous conduit sur ce beau chemin,
Où nos deux âmes, voguent sur la route d’un air câlin.

Rêvant la joie tranquille de cette mélodie,
Ave Maria, quel beau jour que celui-ci.

Il nous réunit pour cette Saint-Valentin,
Surprenant deux personnes, allant main dans la main.

Paul Stendhal

Publié dans:Poèmes |on 9 juillet, 2011 |Pas de commentaires »

Citation

Citation

L’amour pleut, l’amour crie, l’amour pleure, l’amour vit, l’amour meurt, c’est ainsi.

(Paul Stendhal)

Publié dans:Citations |on 8 juillet, 2011 |1 Commentaire »
123456

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles