Poème : Risum tenere

Risum tenere

Au beau matin de tous les soirs,
L’âme envolée se réveillant
Dans un jardin bien chatoyant,
Se pose, et se laisse émouvoir,
Par une dame belle et charmante,
Dont les pensées si séduisantes
Voyagent à la façon d’antan,
Avec des mots, qui plaisent tant.
Ô douce nymphe, je vous salue,
Vous remerciant, pour m’avoir plu.

Paul Stendhal

Publié dans : Poèmes |le 8 août, 2011 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 8 août, 2011 à 12 12 11 08118 michelehardenne écrit:

    Mes yeux se plaisent à voyager d’un mot à l’autre dans un ciel où tes stances sont comme des grands oiseaux que je regarde planer en toute sérénité.
    Une douce lecture mérite un tendre sourire.

    Bises.

    Michèle.

    **********

    Point de mérite il n’y a, car c’est au vert de tes yeux que mes mots coulent d’une rivière enchantée, et mon âme transportée, vogue par le firmament, comme le goéland sur l’océan, où ta luminescente étoile brille clairement de cette lumière émeraude, comme un divin fanal.

    Affectueuses et tendres pensées

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Paris 2020

Laisser un commentaire

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles