Poème : La muse grisée

La muse grisée

Ma belle muse, je pense à toi, en ce temps de
Bacchanale, où l’exquise douceur du nectar,
Qui aux pieds des amphores, exhale un parfum de
Santé, plaisant tant au roi du palais Cathare,

Qu’exaltent, les ardeurs d’un Phoebus, seigneur d’un
Soleil, qui rayonne sur la cour de la vigne, quand
Le pampre à l’iris se mêle, coulera d’un
Flot amoureux, sur les transports d’une âme, trinquant,

Ô combien embrumée, perdant sa dignité,
Dans la douleur, d’un tumultueux haut-le-cœur,
Enivrant les pensées d’un esprit tourmenté,
Par la douce chaleur, d’une précieuse liqueur.

Divine beauté, dont le destin m’a charmé,
Viens au creux de mes bras, tendrement te blottir,
Oublier les démons de l’ivresse, et sentir
La si belle affection, du poète, tant aimé !

Paul Stendhal

Publié dans : Poèmes |le 23 août, 2011 |5 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

5 Commentaires Commenter.

  1. le 4 septembre, 2011 à 15 03 44 09449 Luc écrit:

    Bonjour ami poète,

    Très beau poème écrit avec élégance. L’ivresse qui rend certains joyeux et audacieux ou d’autres tristes et mélancoliques. Mais aussi l’ivresse des mots écrits qui permet à la muse de ne plus se sentir muse…lée.
    La modération reste toutefois de mise afin de ne pas sombrer dans le coma idyllique.

    Luc

    **********

    Bonjour Luc,

    Je suis vraiment touché et honoré de tes mots.
    L’ivresse, quand elle est poétique, est toujours idyllique.
    La muse est toujours libre, et pour le poète, une si belle sylphide inspiratrice.
    La joie, l’audace, la tristesse et la mélancolie, sont les piliers de la poésie.
    Merci à toi, Luc, de ton émouvant commentaire que je prends comme celui d’un ami.

    Bien sincèrement.

    Paul Stendhal

  2. le 26 août, 2011 à 23 11 36 08368 michelehardenne écrit:

    Bonsoir Paul,

    Une agréable et très belle ode à l’amour et au plaisir divin.
    La Muse se fait femme, et d’une fille d’un Dieu en devient humaine, pour une écriture en toute sensualité, très poétique.
    Le vin et la Muse, une même ivresse…à consommer avec modération pour de belles inspirations!

    Merci pour ce superbe partage et au plaisir de te lire.

    Bises.

    Michèle

    **********

    Une muse, qui se retrouve dans les bras de son poète, alors qu’elle est grisée !!
    Quel réconfort pour la muse, et quel enchantement pour le poète !!!
    L’amour est bien au rendez-vous !!

    Bien tendrement.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Paris 2020

  3. le 24 août, 2011 à 7 07 07 08078 didierc écrit:

    C’est sublime, vraiment. Paul est poète, voyageur, un seigneur de la poésie.

    Didier

    **********

    Bonjour Didier,

    Ô combien je te remercie de ta critique, qui sincèrement me touche, et m’honore.

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

  4. le 23 août, 2011 à 22 10 23 08238 chantal.pagnon écrit:

    Vous êtes digne des grands poêtes de l’antiquité. Faites nous encore voyager de l’Iliade, aux temps modernes en passant par les contes des milles et une nuits. Que de merveilleux moments de lecture en perspective.
    Cordialement.

    Chantal

    **********

    Bonjour Chantal,

    Je vous remercie du fond du coeur, Madame, de cette comparaison, qui m’honore !

    Bien sincèrement.

    Paul Stendhal

  5. le 23 août, 2011 à 18 06 04 08048 ismeraldamadrid écrit:

    Très beau poème digne d´un Virgile. Ce style nous renvoie dans le royaume des Dieux Grecs et/ou Romains et nous fait remonter le cours de l´Histoire pour nous arrêter en ces anciens temps, où la pitance était « vénérée » et où manger était « un art », et le repas s´éternisait…….(bon là, je crois que je dois avoir vraiment faim.)
    Que de belles métaphores comporte ce poème! Les sentiments semblent comparés au vin.

    Ismeralda

    **********

    Chère Ismeralda,

    Quel divin nectar que vos paroles, que je bois la coupe aux lèvres, me laissant charmer, par un si grand vin qui m’encense ! Vraiment chère amie, devant un tel hommage je m’incline respectueusement à vos pieds, y déposant mes mots, et vous demandant de bien vouloir partager ce calice !
    Je vous remercie très sincèrement du fond du coeur, je suis très ému………….!

    Bien sincèrement votre.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur De Madrid à Liège, me rejoindrez vous dans mes délires :-) ? : La coupe du Roi (2012-2013) pour l´Atletico de Madrid. Merci Cholo.

Laisser un commentaire

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles