Samedi 27 août 2011

Poète, mon ami,

Je suis émue de ta correspondance,
Je viens de lire tes sonnets et stances,
Et je m’en veux de mes silences.
Pardonne-moi de mon absence,
Et de t’avoir laissé en souffrance.
Je suis partie, j’étais en voyage,
Mais tu étais dans mes bagages,
Ceux de ma pensée, et l’image
De ton sourire, tel un mirage,
A embelli mon paysage.
A la lecture de tes doux poèmes,
Mon cœur s’envole et se promène
Par delà les monts et les plaines,
Emportant avec lui, ma peine,
De n’avoir encore dit « je t’aime ».

Michèle

Publié dans : Correspondance sentimentale |le 28 août, 2011 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles