Poème : Les flammes du passé

Les flammes du passé

Quand la passion d’antan,
S’étiole au fil du temps,
Meurent, les rouges flammes,
Et souffre tant, la femme.
D’un coeur combien meurtri,
S’envolent les mots écrits,
Des douleurs atténuées,
Par delà les nuées.

Paul Stendhal

Publié dans : Poèmes |le 2 septembre, 2011 |4 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 15 octobre, 2011 à 23 11 20 102010 patriciacoelho écrit:

    Mais renaîtra-t-elle de ces cendres
    Au delà de cette abîme meurtrie ?

    Je le crois….

    Merci.

    Patricia

    **********

    Bonsoir Patricia,

    L’espoir ne reste-t-il pas le plus beau voeu de sa vie ?

    Merci de ta visite et à bientôt de te lire.

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

  2. le 4 septembre, 2011 à 17 05 22 09229 magdatoutsimplement écrit:

    Je trouve vos poèmes simplement magnifiques.

    C’est si beau de pouvoir s’exprimer à travers quelques phrases pleines d’émotions.

    Magda

    **********

    Bonsoir Magda,

    Merci de ce si gentil commentaire.
    Au grand plaisir de vous relire !!

    Paul Stendhal

  3. le 2 septembre, 2011 à 20 08 48 09489 michelehardenne écrit:

    Bonsoir mon tendre ami Paul,

    Quand s’étiole les rouges flammes, la femme meurtrie écrit et… ses douleurs s’atténuent, emportées par delà les nuées.
    Le poète invite au partage de sa passion, et je t’en remercie.
    Tendre bise.

    Michèle.

    **********

    Ma tendre et ma très chère amie Michèle,

    Combien je te remercie de ces gentils mots,
    Et je te demande de continuer à écrire,
    Pour clamer, avec tant de bonheur, tous tes dires,
    Et absoudre le chevalier, de tous ces maux !

    Tendres baisers.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Paris 2020

  4. le 2 septembre, 2011 à 16 04 24 09249 ismeraldamadrid écrit:

    Très joli poème sur les conséquences de la passion : cet état d´esprit est plus ou moins éphémère, et sa fin, porte femme et homme, à souffrir de la frustration de l´état de manque !

    Amicalement.

    Ismeralda

    **********

    Bonjour Ismeralda,

    Merci de ce gentil commentaire.
    Les souvenirs passionnels, sont regrets ou remords !!

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur De Madrid à Liège, me rejoindrez vous dans mes délires :-) ? : La coupe du Roi (2012-2013) pour l´Atletico de Madrid. Merci Cholo.

Laisser un commentaire

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles