Poème : La douleur du poète

La douleur du poète

Ma belle muse, entends-tu les iniquités ?
Ces badauds, n’ont plus aucun sens de l’équité !
Mon cœur se trouve tellement en grande peine,
Mais, de notre amour, ils n’auront jamais la veine.

Tous ces cannibales, avides de jugements,
N’ont jamais prêté dans leur vie, de vrais serments.
Ils sont des alligators et des caïmans,
Décidés à manger la chair, si fraîchement.

Mais, nous nous aimons d’un amour tant partagé,
Qu’en aucun jour, personne, ne saurait outrager.
Dans cette destinée, seuls à voir le chemin,

L’un avec l’autre, nous marcherons, main dans la main,
Partageant les émotions et les sentiments,
De nos cœurs si ravis, de cet enchantement.

Paul Stendhal

Publié dans : Poèmes |le 8 septembre, 2011 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 23 septembre, 2011 à 13 01 16 09169 didierc écrit:

    Je l’aime, je l’aime tant, ce petit côté révolté, oui, la poésie remet parfois les pendules à l’heure.

    Didier

    **********

    Bonjour Didier,

    Le romantisme est de ces courants de réactions s’opposant au pur classicisme, autorisant le poète à se révolter mais aussi à s’épanouir dans le rêve !!
    Merci de cette gentille critique.

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

  2. le 8 septembre, 2011 à 21 09 54 09549 ismeraldamadrid écrit:

    Un poème qui exprime une reaction feed back du poète vis à vis d´une catégorie de gens qui perçoivent les sentiments, les émotions de la Vie avec un regard plus sec, plus froid !
    C´est une très intéressante réponse que tu nous offres à ces attitudes !

    Amicalement.

    Ismeralda

    **********

    Bonsoir Ismeralda,

    Je te remercie Ismeralda de ce très gentil commentaire.
    L’âme d’un poète est parfois révoltée, et c’est par ses mots, qu’il exprime les sentiments et les émotions qui l’animent.

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur De Madrid à Liège, me rejoindrez vous dans mes délires :-) ? : La coupe du Roi (2012-2013) pour l´Atletico de Madrid. Merci Cholo.

  3. le 8 septembre, 2011 à 7 07 38 09389 michelehardenne écrit:

    Bonjour Paul,

    Il y a parmi les hommes, des gens qui ont une sensibilité à fleur de peau et leur fragilité est si perceptible qu’elle est une proie facile pour les médiocres.
    Ce poème est très émouvant et triste, il chante les pleurs d’un poète en mal de sentiments.
    Rassure-toi, mon ami, il y a aussi des hommes qui comme toi ont un coeur qui bat au rythme de l’amour et qui croit encore au bon qu’il y a en chacun de nous !
    Croire c’est déjà garder un peu d’espoir !

    Je te fais de tendres bisous et je t’assure de mon amitié sincère.

    Michèle.

    **********

    Bonjour Michèle,

    Les sentiments sont pour le poète, ce que le souffle est à la vie !!
    Merci, sincèrement Michèle de ce si gentil commentaire.

    Tendres bises.

    Paul

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Paris 2020

Laisser un commentaire

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles