Poème : Déchirure

Déchirure

Oh! toi ma femme depuis l’éternité, je crois,
Ton amour pour moi n’est-il plus que tas de cendres?
Qu’as-tu fais de ton engagement, de ta foi?
M’ignores-tu, à ce point de ne plus me comprendre?

Notre amour s’égrène dans le sablier du temps,
Et, pourtant je crois, comme le rythme des saisons,
Comme le jour suit la nuit, indéfectiblement,
Que nous pouvons regarder d’autres horizons,

Ensemble, redécouvrir, réapprendre notre vie,
Sublimer la quintessence d’un amour si fort,
Qui n’a, vraiment, me semble-t-il, pas tant de torts.

Oh! accordons nous cette mémoire de l’oubli,
Pour nous rappeler la beauté de notre union,
Et la souffrance de nos cœurs qui ont eu raison.

Paul Stendhal

Publié dans : Poèmes |le 19 septembre, 2011 |5 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

5 Commentaires Commenter.

  1. le 23 septembre, 2011 à 20 08 22 09229 Luc écrit:

    Une déchirure. Toujours très douloureuse. Mais également une étape vers de nouveaux défis à relever. Un échec qui enrichit notre expérience de vie et nous rend plus fort pour l’avenir, et nos nouvelles rencontres épanouissantes.

    Bonne soirée à toi.

    Luc

    **********

    Bonsoir Luc,

    Les grandes douleurs, sont souvent celles des forts !
    Merci, Luc, de ce gentil commentaire !

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

  2. le 20 septembre, 2011 à 15 03 53 09539 didierc écrit:

    La déchirure, douleur suprême et germe d’une vie différente.
    Paul, ce poème, la déchirure, me touche à un point que tu ne peux imaginer.

    Ton ami Didier

    **********

    Bonsoir Didier,

    Parfois il faut connaître la déchirure, pour découvrir le beau de la vie !
    La route est longue, mais le soleil finit toujours par briller.
    Merci beaucoup Didier, de ton très touchant commentaire.

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

  3. le 19 septembre, 2011 à 22 10 27 09279 krikrimapuce écrit:

    J’aimerais pouvoir dire que c’est vrai Paul. Par contre, mon cheminement de couple, meme sans mariage, à été brisé à quelques reprises et aujourd’hui je n’ai plus la foi en cet amour et ni en cette union. Tout ce que je crois et le role de parents qui lui ne change pas et doit devenir l’importance de tout quand le reste n’existe plus. Parce que l’amour de jadis n’existe plus, rien ne peut revenir comme avant. On change et ça, ça change tout. Si il y a la tendresse, l’humour, ça aident. Mais quand il n’y a plus rien, c’est difficile de croire que le feu peut revenir.

    Je te souhaite courage Paul.
    Bises

    Amicalement.

    Krikri

    **********

    Bonsoir Krikri,

    Le temps reste le seul allié de la foi.
    Merci de votre si sincère commentaire.

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur La Boite qui Mijote : Quand ça devient concret

  4. le 19 septembre, 2011 à 22 10 21 09219 oholibama écrit:

    bonsoir,

    hum ! à vous lire vous deux on croirait bien que vous vous connaissez, lol.
    Une forme d’amour ou de tendresse peut s’installer, je le crois, mais comme le dit si bien Michele, on n’oublie pas, et la plaie s’ouvre si facilement, mais à coeur vaillant, rien n’est impossible.
    Que la lune rencontre donc le soleil pour que l’homme, enfin retrouve son bon sommeil.

    Booguie.

    **********

    Bonsoir Booguie,

    Merci de ce gentil commentaire.
    Les coeurs sont vaillants et l’impossible n’existe pas dans leurs vies !

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur Nouvelliste. : Le concourt "Montre-moi ta belette"...

  5. le 19 septembre, 2011 à 16 04 35 09359 michelehardenne écrit:

    Bonjour Paul,

    Le « oui » qui a été dit, pour le meilleur et pour le pire, est une promesse difficile à tenir.
    Quand deux coeurs fusionnent pour n’en faire qu’un, si le serment de s’aimer est rompu, une plaie béante s’ouvre et ne peut jamais plus vraiment se refermer.
    On ne récupère plus son coeur en entier et dans la mémoire, il restera toujours le souvenir d’avoir été deux.

    Tendres bises,

    Michèle.

    **********

    Bonsoir Michèle,

    Le « Oui », n’est jamais une promesse difficile à tenir, quand l’Amour, est sincère et vraiment partagé.
    Quand le « serment » de s’aimer, est rompu, une plaie béante s’ouvre, mais un jour elle est complètement refermée le temps ayant adouci les douleurs, et permis de s’ouvrir à nouveau à la vie.
    Le coeur redevient pur, et la mémoire a effacé les anciennes amours !!
    Un père le restera toujours pour ses enfants, de même qu’une mère.
    Mais là, c’est une nouvelle histoire, qu’il faut savoir ensemble écrire !!!
    Merci de ce si gentil et touchant commentaire, qui m’émeut sincèrement.

    Tendres bises à toi Michèle, qui m’est si chère !!

    Paul Stendhal.

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Paris 2020

Laisser un commentaire

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles