Archive pour le 27 septembre, 2011

Mardi 27 septembre 2011

Ma tendre chérie,

Combien de fois je t’ai rêvée, aimée, et enlacée dans mes bras ?
Tant de fois que je ne peux plus les compter !
Quand, allons-nous enfin nous retrouver ?
Tous les deux, nous l’espérons tellement !
Tes mots sont un vrai sourire, à eux seuls.
J’ai une telle envie de nous, que je nous vois tous les deux, nus, nos deux corps s’étreignant dans la chaleur de notre amour, ton corps exhalant le parfum de la passion, et nos désirs, nous transportant si loin, unis ensemble !
Pardonne-moi, mon bel amour, de t’écrire aussi sincèrement, mais je sais, que tu espérais que je le fasse !
Quand tu liras ma lettre, mon coeur sera à tes côtés, et bientôt, je le souhaite, c’est dans les bras l’un de l’autre que nous pourrons nous caresser.
Mon tendre amour, je suis impatient de te lire.
Je t’envoie mille baisers de tendresse, en attendant de nous voir.
Je t’aime passionnément.

Paul Stendhal

(Jeu d’écriture : réponse au courrier de Michèle dans “Correspondance sentimentale », lettre du lundi 19 septembre 2011).

Publié dans:Correspondance sentimentale |on 27 septembre, 2011 |3 Commentaires »

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles