Archive pour le 3 mars, 2012

Poème : Triste élégie

Triste élégie

 

Comme au coin de la rue, cette pierre esseulée,
Qui, si grise du temps, soutient la cathédrale,
L’homme ainsi éploré, de sa vie dévoilée,
Souffre tant, tous les jours, de cette heure vespérale.

Aux sons des beaux cantiques, son pur esprit voyage,
La musique l’emmène, au delà des confins,
Se mettant à rêver, qu’une vie n’a pas d’âge ,
Priant de tout son coeur, l’humble et blanc séraphin.

C’est au coin de la rue, que la pierre esseulée,
Si noircie par le temps, résonna le frimas,
D’un instant douloureux, et c’est bien sans feuler,

Que dans cette froidure, elle se mit à pleurer,
En souffrant pour toujours, de cet anonymat,
Cette solitude, à l’âme, allant demeurer.

 

Paul Stendhal
03/03/2012

 

Publié dans:Poèmes |on 3 mars, 2012 |3 Commentaires »

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles