Poème : Triste élégie

Triste élégie

 

Comme au coin de la rue, cette pierre esseulée,
Qui, si grise du temps, soutient la cathédrale,
L’homme ainsi éploré, de sa vie dévoilée,
Souffre tant, tous les jours, de cette heure vespérale.

Aux sons des beaux cantiques, son pur esprit voyage,
La musique l’emmène, au delà des confins,
Se mettant à rêver, qu’une vie n’a pas d’âge ,
Priant de tout son coeur, l’humble et blanc séraphin.

C’est au coin de la rue, que la pierre esseulée,
Si noircie par le temps, résonna le frimas,
D’un instant douloureux, et c’est bien sans feuler,

Que dans cette froidure, elle se mit à pleurer,
En souffrant pour toujours, de cet anonymat,
Cette solitude, à l’âme, allant demeurer.

 

Paul Stendhal
03/03/2012

 

Publié dans : Poèmes |le 3 mars, 2012 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 5 mars, 2012 à 12 12 31 03313 ALAIN écrit:

    Il faut espérer que cette pierre retrouve sa place !!!
    ARSENE GRISALI

    **********

    Bonjour Alain-Arsène,

    ………., et que celle-ci ne soit pas dans un angle !

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

  2. le 4 mars, 2012 à 22 10 14 03143 michelehardenne écrit:

    Bonsoir Paul,

    Triste élégie d’une pierre centrale,
    Qui à elle seule, soutient une Cathédrale,
    Et si ses larmes la rendaient bancale,
    Elle serait au centre d’un grand bacchanal.

    Merci pour ce beau texte.

    Tendres bises,

    Michèle.

    **********

    Bonjour Michèle,

    Il n’est pas si loin, le beau temps des cathédrales,
    Où dans la grande abside, le coryphée des choeurs,
    Résonnait de sa voix, dans la nef prieurale,
    De belles arias, enchantant tous les coeurs.

    Quand il nous en souvient, de ces lieux, de ces stalles,
    De tout ce pur bonheur, pleurant ingénument,
    L’âme du poète, comme de la fleur, les pétales,
    S’effeuille dans ses stances, qu’il offre tendrement !

    Merci à toi, mon amie pour ce beau poème.

    Tendres bises.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Paris 2020

  3. le 4 mars, 2012 à 11 11 16 03163 FANETTE écrit:

    Bonjour Paul
    Il est parfois utile d’être malheureu(ses)x pour pouvoir comprendre les autres
    belle journée de dimanche à toi qi ici est sous la pluie
    bisous

    Dernière publication sur FANETTE : lll

Laisser un commentaire

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles