Poème : Triste fatum

Triste fatum

 

Éclose un beau matin, cette vie m’a souri,

Promettant le bonheur, l’Amour, la joie, sans trêve.

En suivant son chemin, en dépit des roueries,

Elle a bercé mon coeur, d’espérances et de rêves.

 

Depuis ce temps lointain, mon âme a bien souffert,

Étouffant ses douleurs, ses peines, et sa tristesse.

Damné dans ce voyage, au destin mortifère,

Aimant pourtant la vie, cette scélératesse,

 

Mes espoirs envolés, elle choit sur un rivage,

Ô combien désertique, sans Soleil et sans Lune !

Cette solitude, en aura fait des ravages,

 

Laissant, les mains tendues, les tendres soupirs,

Et tous les sentiments, sur l’adret de la dune.

Seul, et abandonné, je ne peux penser pire.

 

Paul Stendhal

 

Publié dans : Poèmes |le 27 mars, 2012 |9 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

9 Commentaires Commenter.

  1. le 10 avril, 2012 à 13 01 58 04584 canelle49 écrit:

    Bonjour Paul,

    Emotion, sentiment de solitude, ce qui peut arriver à chacun de nous dans une vie, exprimé avec ta belle plume, cela n’en est, que plus émouvant !

    Amitié, Helene

    **********

    Bonjour Hélène,

    Je te remercie de ta gentille visite, et de ton élogieux commentaire.
    La vie est ainsi faite, de haut et de bas, et il nous faut bien composer avec !
    Encore mille mercis à toi.

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

  2. le 31 mars, 2012 à 7 07 31 03313 FANETTE écrit:

    Bonjour Paul
    Un petit coucou et clin d’oeil avant de partir
    belle journée à toi
    bisous

    **********

    Bonjour Fanette,

    Merci de ta gentille visite.
    Je te souhaite une bien belle journée tout en rugby.
    Bisous.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur FANETTE : lll

  3. le 30 mars, 2012 à 15 03 21 03213 chantal écrit:

    bonjour Paul

    quel bien triste poème mais si je peux te donner une métaphore sais tu qu’une épée a 2 cotés l’un coupant,tranchant,taillant dans le vif nous faisant mettre le genou à terre, l’autre plus doux, plus calme, plus apaisant, regarde le second avec l’espoir d’avenir meilleur, rien n’est jamais definitif. le genou à terre nous permet de nous remettre debout la tete haute.

    Bises.

    Chantal

    **********

    Bonjour Chantal,

    La vie est faite de joies et de bonheur, mais aussi de douleurs et de souffrances !
    Elle est loin d’être toujours un long fleuve tranquille !
    Merci beaucoup pour ce gentil commentaire.

    Bisous.

    Paul Stendhal

  4. le 29 mars, 2012 à 20 08 26 03263 zogepik écrit:

    ça s’appelle un acrostiche.

    **********

    Bonsoir Zog,

    Merci Zog, entre poètes et gens de lettres, ce n’est qu’un pur plaisir que de partager cette passion.

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur AMELIF : Février 2019...

  5. le 29 mars, 2012 à 11 11 35 03353 miblicc3 écrit:

    Bonjour, j’aimerai savoir comment s’appelle ce principe de faire un poème dont les premières lettres de chaque vers forment un mot ?
    Ceci dit, ce poème très beau, mélancolique, mais très doux…

    Cerise

    **********

    Bonjour Cerise,

    La lecture d’un poème, ou d’une strophe, où les initiales de chaque vers lus dans le sens vertical composent, un nom, ou bien un mot clé, réalise un acrostiche.
    Merci à toi de ta gentille visite.

    Au plaisir de te lire.

    Amicalement.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur Craquants croquis : Quelques nouvelles...

  6. le 28 mars, 2012 à 21 09 08 03083 michelehardenne écrit:

    Bonsoir Poète,

    Tant de jolis mots pour un coeur solitaire,
    Résonnent dans ce poème tout en douleur.
    Il n’est pas de pays plus imaginaire,
    Si ce n’est celui de cette belle page.
    Toutes les pensées ne seront plus mortifères,
    Elles s’y couchent pour apaiser les maux du coeur.
    Seul, un poète peut exprimer ses peines en vers,
    Si émouvantes qu’elles marquent nos visages,
    Et vraiment prenantes, tant elles sont sincères.

    Tendres bises et merci pour ce texte à la prosodie parfaite, comme à ton habitude.

    Michèle.

    **********

    Bonjour Michèle,

    Merci à toi de ce magnifique poème, qui me touche très sincèrement. La Tristesse, fait partie aussi de la vie, et il faut composer avec !
    Merci de tes compliments élogieux.

    Tendres bises.

    Paul Stendhal.

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Plume de nacre

  7. le 28 mars, 2012 à 12 12 22 03223 ALAIN écrit:

    Un commentaire un peu dur de la part de Zog, moi j’ai aimé !!!
    ARSENE GRISALI

    **********

    Bonjour Alain-Arsène,

    Je te remercie pour ton gentil commentaire et pour avoir aimé, ce poème.
    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

  8. le 28 mars, 2012 à 8 08 53 03533 FANETTE écrit:

    Bonjour Paul
    Hé oui l’épée de Damoclès est parfois bien pesante, je comprends ce poème comme étant une pensée et une synthèse de vie, peut être que je me trompe ??? Mais je sens ici une solitude qui pèse et je la comprends puisque je la vis moi aussi
    Ceci étant je trouve que tu as beacoup de talent et j’ai par contre du mal à comprendre le commentaire de dessous.
    Il y a des mots qu’on utilise à l’instant T puisque c’est le « vécu » du moment
    Alors merci à toi d’être là
    Merci pour ces belles choses écites
    bonne journée
    bisous

    **********

    Bonsoir Fanette,

    Je te remercie de ta gentille visite, et de ton élogieux commentaire.
    Et oui, on peut effectivement ressentir ce poème, comme une synthèse de vie, allez, en espérant qu’elle ne soit qu’à mi- parcours ! :) ))
    Merci à toi d’aimer me lire et d’apprécier mes petites compositions !

    Je te souhaite une bonne fin de journée.

    Bisous.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur FANETTE : lll

  9. le 28 mars, 2012 à 0 12 46 03463 zogepik écrit:

    Bonsoir Paul,

    c’est avec plaisir que je me prête au jeu de commentateur de ce dernier poème…
    **
    Bien sûr, la qualité d’écriture ne peut être remise en cause.
    Il y a cependant un petit problème d’équilibre interne du texte, une sorte de désordre littéraire que nous pourrions un jour travailler ensemble.
    Il y a également le choix du mot trêves : une trêve dans le bonheur et l’amour ne semble pas un choix judicieux, très heureux…
    ‘Trêves’ comme ‘espérances’, l’emploi du singulier eût été plus approprié.
    Il y a enfin le verbe choir : ce verbe est considéré comme ‘ vieilli’ et l’usage moderne n’accepte que l’infinitif et le participe passé.
    Voilà, néanmoins, la beauté apparente est certaine et une grande sincérité s’en dégage.
    **
    Amicalement.

    zog

    **********

    Bonsoir Zog,

    Je tiens à te remercier de ton commentaire, qui sincèrement, me touche.
    Nul n’est question pour moi, de dialoguer, sur le bon usage de la langue Française !
    Cela dit, chacun des mots employés dans ce poème, le sont à bon escient, il me le paraît !
    La qualité littéraire, est certes, indépendante de ma volonté, mais je la pense convenable.
    Tout à fait d’accord avec toi, en ce qui concerne l’expression « sans trêve » ! Je m’empresse de la rectifier.
    J’aime les critiques, qu’elles soient positives ou négatives, car elles sont nécessaires, pour progresser.

    Amicalement.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur AMELIF : Février 2019...

Laisser un commentaire

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles