Poème : Douleur

Douleur

Ce soir je me sens si seul, et si loin de tout,
Ma douleur est si grande que je veux la crier ;
Mon cœur saigne, mon âme se déchire, j’ai mal partout.
Quelle chose amère que la vie, elle est sans pitié.

Ce mal-être qui m’envahit me brûle en dedans,
Tout comme ces vapeurs qui enivrent mes pensées.
J’ai envie de hurler, de pleurer, de parler,
Et je t’écris pour calmer ces désirs ardents.

Toi mon amie, je t’aime d’une si belle amitié,
Je me sens perdu, et bien triste est ma chanson,
Elle s’envole dans une mélodie de sons,
Qui résonne sans trêve, dans mon esprit si troublé.

Ce soir je me sens si seul et si loin de toi,
J’aimerais tant que tu sois là, à mes côtés,
Mon cœur saigne, mon âme se déchire, j’ai mal en moi,
Et puis ces pensées qui ne cessent de m’entêter.

Oh ! Pardonne-moi, je te dérange sûrement,
Mais toi, mon amie, tu m’écoutes et tu m’entends,
Et, dans l’espoir de très bientôt nous retrouver,
Je t’embrasse, et pour l’heure, je vais te saluer.

Paul Stendhal


Publié dans : Poèmes |le 8 mai, 2012 |7 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

7 Commentaires Commenter.

  1. le 11 juin, 2012 à 20 08 56 06566 guy écrit:

    Bonsoir Paul,

    la solitude quelle en est son origine : les autres ou nous ?
    On ne peut trouver le sommeil tant que cette question reste en suspend.

    Guy

    **********

    Bonjour Guy,

    C’est dans la solitude que naissent les rêves, et elle est souvent une amie !
    La solitude à deux, n’est qu’un leurre, quant à elle !
    Merci de votre visite et de votre commentaire.
    A bientôt de vous lire.

    Bien cordialement.

    Paul Stendhal

  2. le 29 mai, 2012 à 19 07 26 05265 canelle49 écrit:

    Bonsoir Paul,

    on dit que les poètes ont besoin de souffrir pour offrir des mots magiques, je souhaite que tu ne sois pas dans ce puits profond de la souffrance afin de rendre heureux tes lecteurs et lectrices. Rien de plus triste que de savoir le poète malheureux.

    Amitié, Helene

    **********

    Bonjour Hélène,

    C’est dans le gouffre amer de cette solitude,
    Hélas, que le poète sombre en certains cas,
    Avec l’âme en souffrance, et tant de lassitude !
    Oui, il sait que parfois, le choix est délicat,
    Surtout quand il en prend, une telle amplitude.

    Merci de ta gentille visite et de ton commentaire.
    Je te souhaite une belle journée.
    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

  3. le 16 mai, 2012 à 18 06 33 05335 galion écrit:

    Salut « Hombre »
    Pour toi, j’ai relevé cette chanson d’un cosaque, dans le roman de Tolstoï « Les Cosaques » :
    « Le lundi, je m’épris,
    Tout le mardi souffris,
    Le mercredi me déclarai,
    Jeudi attendis la réponse.
    Le vendredi vint la sentence :
    Pas de consolation !
    Et le samedi avant Pâques,
    J’entrepris de quitter la vie ;
    Mais pour le salut de mon âme,
    Je changeai d’avis le dimanche. »
    Salut Paul Manu

    **********

    Bonjour Manu,

    Tolstoï, tu ne pouvais mieux choisir.
    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

  4. le 9 mai, 2012 à 9 09 03 05035 michelehardenne écrit:

    Bonjour Paul,

    Ton poème est superbe!
    Il est vrai que la solitude s’empare souvent des coeurs qui souffrent, et qui sont fragilisés. Comme tu l’écris si bien, quand on est prêt à nouveau à offrir, à donner, alors cette maladie, on peut l’éradiquer.

    Tendres bises.

    Michèle

    **********

    Bonjour Michèle,

    Merci de ton élogieux compliment.
    La solitude, n’est pas une maladie, mais oui, on peut et on se doit de la combattre !

    Tendres bises.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Plume de nacre

  5. le 8 mai, 2012 à 13 01 38 05385 ALAIN écrit:

    Tu as la chance d’avoir une telle amie !!!
    ARSENE GRISALI

    **********

    Bonjour Alain-Arsène,

    Il est des personnes vraiment extraordinaires, et quand on peut en compter une dans sa vie, alors on un être béni par la vie.
    Merci de ta gentille visite.
    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

  6. le 8 mai, 2012 à 11 11 43 05435 FANETTE écrit:

    Bonjour Paul
    Un bien triste constat que ce poème, pourtant bien joli
    Je vois que la déprime gagne du terrain, et que l’écoute ne te sert plus à rien. Pourquoi ne pas regarder, serein, un avenir qui te tendrait la main ??????,
    Allez Paul je n’aime pas te savoir mal comme ça. Souris à la vie, fais toi des ami(e)s et reprends ton baton de pellerin pour faire en sorte d’être heureux
    bonne journée Paul
    bisous

    **********

    Bonjour Fanette,

    Ce poème, s’adresse à tout le monde, et l’imagination d’un poète est grande !
    Merci de ta gentille visite.

    Bisous.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur FANETTE : lll

  7. le 8 mai, 2012 à 10 10 06 05065 michelehardenne écrit:

    Bonjour Paul,

    La solitude quand elle pose son voile, elle obscurcit le bleu de la vie.
    La souffrance l’accompagne, et ensemble elles se plaisent à noircir l’esprit, faisant grandir un mal qui isole du monde de la réalité.
    La vie vaudra toujours la peine d’être vécue, et parfois il est nécessaire de se remettre en question pour connaître l’origine du mal être et de la combattre.

    Un texte d’une profonde tristesse qui se lit comme un cri dans la nuit.

    Tendres bises et je te souhaite de recevoir beaucoup de soleil, pour que sa lumière puisse te faire voir à nouveau de belles couleurs.

    **********

    Bonjour Michèle,

    La solitude, est certes une fausse amie, mais elle s’installe souvent à l’insu de tout un chacun !
    La souffrance qu’elle génère, il faut parfois la crier, pour pouvoir s’en débarrasser, et souvent la nuit on entend les âmes pleurer.
    Merci à toi Michèle de ton commentaire et de ta gentille visite.

    Tendres bises.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Plume de nacre

Laisser un commentaire

S/S BOULAOUANE |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles