Poème : Le troubadour

Le troubadour

Paladin des rues, artiste en misère,
Avec sa guitare, pour seul instrument,
Usant de son talent, l'homme est disert,
Le coeur en bandoulière, tout simplement.

Sourire aux lèvres, il implore de ses yeux,
Toutes les passantes et tous les passants,
En espérant qu'avec son air "joyeux",
Nombre d'entre eux, lui seront bienveillants.

Dans ses vieilles frusques usées, élimées,
Habitué aux viles moqueries,
Allant son chemin, le ventre affamé,
Lui, le troubadour, de tout son coeur, crie !

Paul Stendhal
Publié dans : Poèmes |le 5 juin, 2012 |6 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

6 Commentaires Commenter.

  1. le 19 septembre, 2012 à 10 10 26 09269 Fox écrit:

    Ps : Désolée mes rimes ne sont pas aussi riches que dans ce poème…

    Dernière publication sur  : puisque tu réduis tout

  2. le 19 septembre, 2012 à 10 10 24 09249 Fox écrit:

    Qu’il crie le troubadour !
    Qu’ il appelle à l’amour !
    Son cœur a la guitare
    Servira de fanfare.

    Et marchant tout le jour,
    Chantant sur le parcours,
    Que sa poésie vole
    En faisant farandole….

    Une belle page de poésie, vraiment !

    Dernière publication sur  : puisque tu réduis tout

  3. le 11 juin, 2012 à 13 01 56 06566 guy écrit:

    l’art et le sourire n’apportent ni réconfort ni soutien à leur auteur; dans ce monde cloisonné il faut trouver la clef des repaires et adopter la tenue de leurs habitants.

    **********

    Bonjour Guy,

    Le rêve, permet à l’auteur, de pouvoir être heureux dans son plurivers ! En tendant la main vers l’autre, et en l’écoutant, on peut inverser le cours des choses, et rendre notre monde, plus convivial, et lui rendre son sourire !
    Merci de votre commentaire.
    A bientôt de vous lire.

    Bien cordialement.

    Paul Stendhal

  4. le 5 juin, 2012 à 16 04 07 06076 michelehardenne écrit:

    Bonjour Paul,

    L’acrostiche serait-il en rapport avec ce troubadour ?

    Le monde est aveugle et demeure sourd,
    Aux complaintes des poètes en misère,
    Même si c’est avec leur coeur qu’ils chantent l’amour,
    Passants et passantes s’occupent de leurs affaires.

    Merci, ami Poète !

    Bises.

    **********

    Bonsoir Michèle,

    Le troubadour, comme le poète, ne restent pas longtemps en misère, car les mots sont leurs vrais amis, et jamais ils ne les peinent, ni ne les attristent, et leur bonheur, demeurent toujours dans leur coeur !
    Merci Michèle de ton commentaire, et à bientôt de te lire.

    Tendres bises mon amie.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Plume de nacre

  5. le 5 juin, 2012 à 13 01 53 06536 FANETTE écrit:

    Bonjour Paul

    Toujours par monts et par vaux
    Roulant sa bosse il lui faut
    Oublier la misère du monde
    Une fois encore, entrer dans la ronde
    Bouger, chanter, danser
    Avec sa guitare, avancer
    De partout, essayer de rassembler
    Ouvrir les portes de la musique variée
    Revenir encore et toujour chanter

    bonne journée à toi
    bisous

    **********

    Bonjour Fanette,

    Toute sa vie, ce magicien des mots,
    Rimant bien ses vers, avec la musique,
    Ouvre son coeur, comme l’arbre ses rameaux,
    Ultime plaisir, d’un grand romantique.
    Vagabondant son imagination,
    Errant cahin-caha, tel un trouvère,
    Rêvant son monde avec tant de passion,
    Et d’amour, seul il est dans l’univers.

    Merci Fanette de ce bien joli commentaire poétique, qui me fait bien plaisir.
    Je te souhaite une bonne fin de journée.
    Bisous.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur FANETTE : lll

  6. le 5 juin, 2012 à 13 01 01 06016 ALAIN écrit:

    Un poème qui se rapproche beaucoup de celui de Michèle !!!
    ARSENE GRISALI

    **********

    Bonjour Alain-Arsène,

    Il en est la réponse !
    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

Laisser un commentaire

S/S BOULAOUANE |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles