Le petit hameau de Besse dans le Puy de Dôme

Photographies : © Laurence.Serre Marinier
Diaporama : © Paul Stendhal 
Musique : © Liona Boyd – T. Albinoni- Adagio For Guitar And Strings

.

.

Attente*

J’ai choisi ce coin de misère,
Où le printemps naît, souviens-t-en,
Où les pensées voguent en l’air,
Odeur du temps, coin de misère,
Et souviens-toi que je t’attends,
Jusqu’à la fin des nuits du temps.

Paul Stendhal

*En hommage à Guillaume Apollinaire pour son poème « L’Adieu » tiré de son recueil « Alcools ».

Publié dans : Diaporama, Poèmes |le 14 avril, 2013 |4 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 20 avril, 2013 à 20 08 58 04584 L@urence écrit:

    Bonsoir Paul,

    Personnellement je trouve moi aussi qu’il peut y avoir de la beauté dans la misère ou de la misère dans la beauté, d’ailleurs je me suis déjà surprise à prendre des photos allant dans ce sens. Il suffit de savoir bien regarder, faire parler ses sentiments, son coeur et alors, on aperçoit et comprend beaucoup de choses.
    Le petit village de Besse semble un village miséreux, triste, et pourtant, que de beauté dans ce hameau. Ton petit poème, Paul, convient parfaitement à ces photos, à cette ambiance. Il colle à la situation, au diaporama, et je t’en remercie encore.
    Je te souhaite une bonne soirée et t’embrasse bien fort.

    L@urence

    **********

    Bonjour L@urence,

    Je te remercie de ton gentil commentaire Laurence, et il est vrai que lorsque nous avons travaillé ensemble ce petit diaporama, une grande émotion, entre la misère apparente , et la beauté des lieux, nous a convaincu de le continuer et d’essayer de la traduire pleinement, ce que je crois nous avons réussi à réaliser. Ici l’association, d’un poème, de photographies, et d’une musique, a permis d’atteindre une harmonie, qui nous aura fait voyager, et qui quelque part, aura servi ce bonheur de la création.
    Je te remercie de ton talent, Laurence, et te fais mille bisous.
    Je te souhaite une belle balade dominicale, bucolique et idyllique.

    Paul Stendhal

  2. le 20 avril, 2013 à 19 07 57 04574 zogepik écrit:

    Juste une précision, Paul : je n’ai absolument pas critiqué ou désapprouvé le travail commun avec tes amis, je me suis simplement attaché à te dire que l’opposition misère/beauté, ici; leur juxtaposition ne me paraît pas très heureuse.
    Puis, ça reste du littéraire inspiré par le positif, le désir et la volonté de  » te  » tirer vers le haut.
    Bonne soirée.

    **********

    Bonsoir Zog,

    J’ai pris cette « critique » comme étant positive, mais, j’ai souhaité aussi te faire part de mon sentiment, quant à la juxtaposition misère / beauté !
    Je te remercie de cette précision !
    Bonne soirée à toi Zog.

    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur AMELIF : Ces gens que l'on croise

  3. le 20 avril, 2013 à 8 08 11 04114 zogepik écrit:

    Bonjour Paul,

    Comme tu le sais, je ne peux pas écrire pour faire plaisir; en clair, je ne vais pas flatter ! Non que ne le veuille pas, mais pour exprimer un éloge, il faut que  » la chose « , au moins dans l’un de ses pans, l’une de ses parcelles, ait un aspect remarquable !
    Il ne peut y avoir, Paul, de la beauté dans la misère ou de la misère dans la beauté !
    La beauté, je te renvoie à Théophile Gautier
    La misère, jette un coup d’oeil sur les oeuvres du grand Victor
    Et toi qui me parles souvent du XIXème siècle, aie présent à l’esprit la richesse de notre langue et -je te dis ça en tant que compère- évite de tomber dans la facilité.
    La grande littérature ne tolère pas la mièvrerie, la banalité.
    °°
    Tu peux, bien sûr, censurer; dans ce cas, censure la globalité du commentaire. Merci.
    Amicalement

    Zog

    **********

    Bonjour Zog,

    Je ne partage pas ton avis, car bien évidemment, il peut y avoir de la beauté dans la misère, et l’histoire du monde, n’a cessé de nous le montrer ! Cette beauté est celle du coeur, celle de l’Amour, celle de l’espérance, celle de la Vie, tout simplement !
    Je n’ai ressenti aucune mièvrerie, ni aucune banalité, dans ce petit poème « Attente », qui je te le concède n’est pas de la grande littérature, mais un simple hommage, à Guillaume Apollinaire pour son poème « L’Adieu » extrait de son recueil « Alcools » !
    D’ailleurs, qu’est-ce que « La grande littérature » ?

    Comme il est écrit, « La critique est aisée et l’art est difficile. – C’est là ce qui produit ce peuple de censeurs, – et ce qui rétrécit les talents des auteurs. »
    (Le Glorieux (1732), II, 5, Philinte
    Citations de Philippe Néricault, dit Destouches)

    « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. »
    (Pierre-Augustin Caron Beaumarchais
    Extrait de « Le Mariage de Figaro »

    Aussi, moi, je ne suis pas de ceux qui censurent !

    Enfin, ce diaporama est un travail commun, et je suis honoré et fier d’avoir pu le réaliser avec Laurence Serre Marinier, et Liona Boyd, toutes deux des artistes d’un grand talent.

    Pour finir, voici une information qui devrait plaire au mélomane que tu es : « L’Adagio pour orchestre à cordes et orgue en sol mineur, souvent présenté à tort comme une œuvre de musique baroque sous le nom populaire d’Adagio d’Albinoni, a été composé en 1945 par le musicologue italien Remo Giazotto (1910-1998) à partir — comme l’indiquait l’édition originale — d’un fragment contenant quelques éléments d’une œuvre perdue de Tomaso Albinoni (1671-1751).
    Albinoni meurt à Venise le 17 janvier 1751, mais l’«Adagio d’Albinoni», œuvre de Remo Giazotto, mort à Pise le 26 août 1998, n’entrera dans le domaine public qu’en… 2068 !  »

    Je te remercie Zog, de ta visite sur mon site, et de ton pertinent commentaire.

    Bien Amicalement.

    Paul Stendhal

    Dernière publication sur AMELIF : Ces gens que l'on croise

  4. le 16 avril, 2013 à 16 04 06 04064 L@urence écrit:

    Bonjour Paul,

    C’est souvent des coins de misère que naît, un jour, la beauté, la vie.
    « Et souviens toi que je t’attends, Jusqu’à la fin des nuits de temps »
    L’Amour, l’espoir, la vie, le printemps qui naît et qui ne meurt pas …
    Merci Paul pour le partage de ce diaporama qui est le fruit de notre travail cumulé.
    Merci pour ce beau poème que mes photos t’ont inspiré.
    Je te souhaite une bonne fin de journée et je t’embrasse bien fort.

    **********

    Bonjour Laurence,

    Même dans la misère, un coeur peut vivre l’espoir, et rêver à l’Amour !
    Merci Laurence pour ce gentil commentaire, et surtout merci à toi de ton talent !
    Je te souhaite une belle soirée.
    Je t’embrasse bien fort aussi.

    Paul Stendhal

Laisser un commentaire

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles