Poème : Tædium vitae

Der Wanderer über dem Nebelmeer  Tableau de  Caspar David Friedrich

Der Wanderer über dem Nebelmeer
Tableau de Caspar David Friedrich

.
.

Tædium vitae

.

Que le vil sentiment, en cette ocre saison,
Qui s’anime en mon âme, en bien sombres pensées,
Erre au fond de l’abîme, en funeste oraison,
Des soupirs étouffés, de ce mal insensé !

Des amants pélagiques, ô n’en sois pas l’Anthée !

En ce terrible enfer, où pierre et sable meurent,
Protège mon esprit et vient me solacier,
Ne me laisse plus seul, dans ces états d’humeur,
Où le mal à jamais, se plaît à m’allicier !

Ne m’abandonne pas, dans cette tour hantée !

Paul Stendhal
16/10/2014

 

Image de prévisualisation YouTube
Musique : Celtic Wind (Harp guitar) – © Yaouen le Marin
http://www.yaouen.com/
Publié dans : Poèmes |le 16 octobre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

S/S BOULAOUANE |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles