Poème : L’impudent (2)

L'impudent

Lettre à Monsieur Philippe MARTINEZ !

.
Monsieur Philippe Martinez,
.
À cause de vous, je ne reverrai plus mes deux parents âgés et malades, pour fêter un NOËL, et un Nouvel An, avec eux, (et que je n’ai pu voir fin 2019, eu égard à vos ambitions amphigouriques), car leurs jours sont comptés.
Nul merci à vous de votre niveau d’incompétence, depuis déjà longtemps atteint, et de votre souci principal et unique, de vous préoccuper de vos vieux jours, dans de bonnes conditions pécuniaires, auprès de vos proches, vous moquant totalement, et pleinement, de celles du PEUPLE FRANÇAIS, qui d’ailleurs ne vous appartient pas, et sur lequel vous ne pouvez, ni ne pourrez jamais, exercer aucun pouvoir !
Vous n’êtes qu’un trublion, un importun, un infatué, et un Sycophante.
.
Le poème qui suit, date déjà de quelques années, mais je pense qu’il vous sied à merveille !

 

L’impudent (2)

.

Quand il est venu par un beau matin d’été,

Pour y asseoir toute sa notoriété,

Un vrai bellâtre, quelque peu éberlué,

Vint en belliciste, et omit de saluer !

 

Assis sur l’airain de toute l’autorité,

En se moquant vraiment de ses velléités,

Il se crut un instant le roi des invités,

Mais ne fit que déshonorer la probité !

 

Loin de connaître d’une vie, la vérité,

Il serait bon, qu’il quitte là, sa déité,

Et que par nature, et sans ambiguïté,

Il retrouve ainsi, un peu d’ingénuité !

.

© Paul Stendhal

(C.E. le 02/01/2020)Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans : Poèmes |le 5 janvier, 2020 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles