Archive pour la catégorie 'Poèmes'

Poème : Quand elle vient

Quand elle vient

.
.

Quand elle vient,

Un sourire égaye mon visage.

Quand elle vient,

Mon cœur à nouveau part en voyage.

.

Quand elle vient,

Tous les deux, nous partageons tant et tant.

Quand elle vient,

Un soleil brille, et il fait le beau temps.

.

Quand elle vient,

C’est dans tous nos rêves, qu’ensemble on s’envole.

Quand elle vient,

C’est dans la vie, qu’enfin nos âmes volent.

.

Quand elle vient,

C’est dans ses yeux que luisent les étoiles.

Quand elle vient,

C’est mon sourire qui éclaire la toile.

.

Quand elle vient,

Mon cœur bat la chamade, en plein bonheur.

Quand elle vient,

Oui, on aime vraiment partir ailleurs !

.

Quand elle vient,

La musique fait danser nos deux corps,

Quand elle vient,

Nos chemins, se trouvent, toujours et encore.

.

Quand elle vient,

Naît à nouveau ce beau et grand désir,

Quand elle vient,

Qui nous réunit, pour tant de plaisirs.

.

Quand elle vient,

Les nuages partent, et le ciel est bleu.

Quand elle vient,

Simplement nous sommes ensemble joyeux.

.

Alors oui,

Quand elle vient, on est si bien tous les deux,

Alors oui,

Mon amie, restons toujours bien heureux !

.
.

Paul Stendhal


Publié dans:Chanson, Poèmes |on 22 juin, 2012 |5 Commentaires »

Poème : Le troubadour

Le troubadour

Paladin des rues, artiste en misère,
Avec sa guitare, pour seul instrument,
Usant de son talent, l'homme est disert,
Le coeur en bandoulière, tout simplement.

Sourire aux lèvres, il implore de ses yeux,
Toutes les passantes et tous les passants,
En espérant qu'avec son air "joyeux",
Nombre d'entre eux, lui seront bienveillants.

Dans ses vieilles frusques usées, élimées,
Habitué aux viles moqueries,
Allant son chemin, le ventre affamé,
Lui, le troubadour, de tout son coeur, crie !

Paul Stendhal
Publié dans:Poèmes |on 5 juin, 2012 |6 Commentaires »

Poème : Pueritia

Pueritia

Émerveillé, de son âme encore innocente,
Ne voyant simplement, que le beau de la vie,
Fleurissant chaque instant, d’une joie incessante,
A la craie il dessine, de son coeur tout ravi,
Naviguant son bonheur, aux couleurs chatoyantes,
Cette nature si pure, qui tant lui fait envie,
Et qui luit dans ses yeux, une paix bienveillante.

Paul Stendhal

Publié dans:Poèmes |on 10 mai, 2012 |4 Commentaires »

Poème : Douleur

Douleur

Ce soir je me sens si seul, et si loin de tout,
Ma douleur est si grande que je veux la crier ;
Mon cœur saigne, mon âme se déchire, j’ai mal partout.
Quelle chose amère que la vie, elle est sans pitié.

Ce mal-être qui m’envahit me brûle en dedans,
Tout comme ces vapeurs qui enivrent mes pensées.
J’ai envie de hurler, de pleurer, de parler,
Et je t’écris pour calmer ces désirs ardents.

Toi mon amie, je t’aime d’une si belle amitié,
Je me sens perdu, et bien triste est ma chanson,
Elle s’envole dans une mélodie de sons,
Qui résonne sans trêve, dans mon esprit si troublé.

Ce soir je me sens si seul et si loin de toi,
J’aimerais tant que tu sois là, à mes côtés,
Mon cœur saigne, mon âme se déchire, j’ai mal en moi,
Et puis ces pensées qui ne cessent de m’entêter.

Oh ! Pardonne-moi, je te dérange sûrement,
Mais toi, mon amie, tu m’écoutes et tu m’entends,
Et, dans l’espoir de très bientôt nous retrouver,
Je t’embrasse, et pour l’heure, je vais te saluer.

Paul Stendhal


Publié dans:Poèmes |on 8 mai, 2012 |7 Commentaires »

Poème : Appassionata

Appassionata

 

Réveillant les âmes endormies, la passion
Offre de sa couleur, le rouge de l’Amour,
Unissant ces deux coeurs, vibrant leurs émotions,
Gageant les chiquenaudes à ce jeu de la mourre.

Envolant les esprits, dans ce jardin fleuri,
Prônant les sentiments, l’espoir, et le bonheur,
Ardemment elle saisit ce plaisir, tant chéri,
S’accordant dans la vie, la fougue sans auneur.

Scintillant ses désirs, et plaisant aux amants,
Irisant de couleur, cette pure ferveur,
Ô combien elle éprouve, les amoureux charmants,
N’emportant en chemin, que ces deux doux rêveurs !

 

Paul Stendhal

06/05/2012

Publié dans:Poèmes |on 6 mai, 2012 |5 Commentaires »

Poème : Oïlocamia

Oïlocamia

Tel un trouvère, il jongle avec ses sentiments,
Rêvant sa poésie, et de sa belle dame,
Offrant tout de sa vie, allégeance et serment,
Unissant dans l'Amour, son coeur et son âme,
Badaudant ça et là, dans des songes charmants.

Avouant ses désirs, pour la muse adorée,
Déclamant ses sonnets, venant de Neptune,
On le dit ménestrel, et qu'il sait vénérer,
Uranie de son temps, la nymphe de la Lune,
Radieuse et si belle, qu'il s'en est emparé !

Paul Stendhal
Publié dans:Poèmes |on 3 mai, 2012 |3 Commentaires »

Poème : Allegoria

Allegoria

 

Avec ses jolis mots, qu’elle manie avec art,

Voguant les sons d’une si douce symphonie,

Elle enchante les cœurs, tout comme le grand Mozart,

Clamant avec génie, de pures harmonies.

 

Talentueusement, sa belle poésie,

Offre à tous ses lecteurs, ébaubis de plaisir,

Un indicible émoi, qui vraiment les saisit,

Sentiment d’un bonheur, qui les fait s’abeausir.

 

Muse d’un autre temps, elle sillonne le monde,

Et seule sur ce chemin, par delà les confins,

Souriant à la vie, elle vogue sur l’onde,

Regardant l’horizon, en un désir sans fin.

 

Elle sut des Érinyes, que sans ce bel Oreste,

Melmoth prenait son âme, dans le Styx, la noyant.

En louant Calliope, près d’un destin funeste,

Ravisant son esprit, il devint clairvoyant.

 

Contre vents et marées, son radeau prit les lames,

Il tangua plusieurs fois, mais ne sombra jamais.

En croisant les fanaux, rayonnant de leur flamme,

Mue par les alizés, cette vie l’acclamait.

 

Énéide du siècle, elle en eut la victoire,

Naviguant maintenant, en toute liberté,

Taisant ses souvenirs, et cachant son histoire,

Sémillante de joie, en toute pureté.

 

Paul Stendhal

27/04/2012

 

Publié dans:Poèmes |on 27 avril, 2012 |4 Commentaires »

Poème : Spleenaria

Poème : Spleenaria

 

Musique d’antan, qui résonnait dans les choeurs, 
Et emplissait, la vie, en plaisant à nos âmes, 
L’eau de nos souvenirs, devient parfois liqueur, 
Appelant les couleurs d’une belle oriflamme, 
Narguant bien des pleurs, et envolant notre coeur.

Clamée, comme un miserere, l’élégie est 
Oh ! certes plaintive, mais comme un psaume s’entonne, 
Libérant l’esprit, des chagrins et des regrets, 
Inspirant la paix, loin des pensées monotones, 
Elle peut aussi danser sur l’air d’un menuet !

 

Paul Stendhal

24/04/2012

Publié dans:Poèmes |on 24 avril, 2012 |4 Commentaires »

Poème : La demoiselle

La demoiselle

A l’aube d’un beau jour, par un temps éclairé,
la belle demoiselle, vint, et frappa à ma
Porte, heureuse et ravie, de me rencontrer,
De découvrir enfin, la douceur du climat.

Ce matin là, emplis de bonheur, c’est de tout
Coeur, qu’ils se sont vus. Avec beaucoup de plaisir,
Je lui ai adressé alors, un souris doux.
Dépose-le sur ma vie, c’est là mon désir !

Tout ému par ce bel aveu, je lui ai dit
Mon envie, de partager ce pur sentiment
Tendre, avec elle, dans ce délicieux paradis.
Amour vrai, tu nous as conquis, infiniment.

Paul Stendhal

Publié dans:Poèmes |on 22 avril, 2012 |6 Commentaires »

Poème : Le temps des mots

Le temps des mots

Même si leur musique est douce, enchanteresse,
Offrant charme et plaisir, leur partition n’est pas
Toujours celle du rêve, et sans cette allégresse,
Si beaux soient-ils, l’écrit sombre dans le trépas !
C’est ainsi, que certains voyages se terminent,
Laissant seul sur le quai, un bonheur souhaité,
Emportant ces tristes âmes, vers leur chaumine,
Sans aucun souvenir, et l’esprit sans gaieté.

Paul Stendhal

Publié dans:Poèmes |on 21 avril, 2012 |3 Commentaires »
12345...13

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles