Poème : La nymphe et le berger

La nymphe et le berger

Un berger assis sur une pierre près de l’eau,
Veillait sur son troupeau, son chien à ses côtés.
Comme elles sont belles, dit-il, en regardant Malko
Son fidèle compagnon dans la loyauté !

Point de soucis, elles vivent et paissent vraiment tranquilles.
Elles gambadent et cabriolent sans s’inquiéter,
Dans cette belle musique de chants cantabiles,
Résonnant dans la montagne, une pure beauté.

Mais malgré ce bonheur, il pensait à sa vie,
Étant seul et sans ami, pleurant son passé,
Désirant ressentir dans son coeur cette envie,
De sourire, et d’oublier cet amour blessé.

Le soir venu, voyant les étoiles, il sentait
Une vraie douceur, et l’âme en paix, s’endormait.
Plus rien ne pouvait troubler ce temps caressant,
Mais en songe, elle apparut, en le réveillant.

Errant la nuit dans la forêt, la nymphe lui dit:
Libère ton coeur maintenant, et pense à vivre !
Pas une femme ne vaut une telle tragédie;
Va, vis, pardonne, et sache que l’amour délivre.

Paul Stendhal.

Publié dans : Poèmes | le 10 juillet, 2011 |1 Commentaire »

Poème : Nadège

Nadège

Nul n’est besoin du Népenthès,
Auprès de cette belle princesse.
Depuis le matin jusqu’au soir,
Elle chante une vie d’espoir.
Gare au vilain qui fait chagrin,
Elle lui réserve un vrai destin.

Gorgées de blanc et cigarettes,
La rime s’envole dans ses bluettes.
Envie d’écrire tous ses désirs,
Il lui faut bien se faire plaisir.
Zélatrice du beau langage,
Elle crie sa vie dans le partage.

Paul Stendhal

Publié dans : Poèmes | le 9 juillet, 2011 |1 Commentaire »

Poème : Oaristys

Oaristys

Maintenant, c’est le temps de la Saint-Valentin ;
Ave Maria, quel beau jour que ce matin.

Rare dans l’existence, survient cette sensation, qui
Indéfectiblement, fait s’épanouir deux vies.

Autant dire qu’il apparaît vite, une vraie douceur,
Défiant toute habitude, et troublant nôtre cœur,

Espérant, qu’un temps prochain, tous deux, nous clamions
La joie commune de cette si belle émotion.

Oaristys galante, et si belles vertus,
Un beau jour tu nous tiens, et tu nous rends émus.

Recevoir, partager, donner et sublimer,
Dans la tendresse, l’amour et la félicité.

Être tout l’un pour l’autre, et dans ce bel instant,
S’avouer simplement cette idylle dans le temps,

Des sentiments sincères et si bouleversants,
En croyant à la naissance d’un bonheur autant

Merveilleux, qui nous conduit sur ce beau chemin,
Où nos deux âmes, voguent sur la route d’un air câlin.

Rêvant la joie tranquille de cette mélodie,
Ave Maria, quel beau jour que celui-ci.

Il nous réunit pour cette Saint-Valentin,
Surprenant deux personnes, allant main dans la main.

Paul Stendhal

Publié dans : Poèmes | le 9 juillet, 2011 |Pas de Commentaires »

Citation

Citation

L’amour pleut, l’amour crie, l’amour pleure, l’amour vit, l’amour meurt, c’est ainsi.

(Paul Stendhal)

Publié dans : Citations | le 8 juillet, 2011 |1 Commentaire »

Citation

Citation

Une vie ça se résume en deux mots et deux indices : un début, un « défin », et un bracelet au poignet, une étiquette au gros orteil !

(Paul Stendhal)

Publié dans : Citations | le 8 juillet, 2011 |1 Commentaire »

Poème : Nous

Nous

Si cette voiture n’avait pas croisé ton chemin,
Jamais je n’aurais eu ce terrible chagrin.
Ma peine n’a d’égale, que mes souffrances de ce jour,
Mais la vie se souvient, de notre bel amour.

Paul Stendhal

Publié dans : Poèmes | le 7 juillet, 2011 |Pas de Commentaires »

Prose Poétique : Pensées

Pensées

L’absence de notre amour, le révèle encore plus.
Cette passion dévorante, née des entrailles de la Terre, avant que nous soyons.
L’irréalité d’ une existence, comme un rêve ensorcelé.
Je dois suivre le chemin, celui de la liberté, celui qui conduit à la vie, à la paix retrouvée, dans l’isolement du temps.
Une fine lumière pleut dans mon coeur, et sa clarté illumine mon bonheur.
Solitude, celle des « jours sans », l’amie de toujours.
Comme le chant des oiseaux, elle résonne d’une voix limpide et claire.
Absence de toi ! Manque pour toujours !
Quelle dure vérité, mais c’est ma vie.
Amour flambé avant qu’il ne naisse !
T’a-t-il ému au point de ne plus faire qu’un dans ton corps et dans ton âme?
Moi, oui !
Et dans cette symphonie concertante de l’amour, la mélodie berce mon coeur de cette douloureuse absence.
L’amour pleut, l’amour crie, l’amour pleure, l’amour vit, l’amour meurt, c’est ainsi.
Le chemin s’arrête au beau milieu du pré, et ne mène plus nulle part.
C’est une vie sans issue.
Il est seul et pleure ce manque.
Il est seul et crie l’absence.
L’égérie est partie. La muse est devenue nymphe et le poète a l’âme en sang.
Élégie du vide.
Mon bel amour, combien tu me manques, les bras en croix, le coeur pleurant de ton absence.
Déchirure d’un amour blessé, meurtri, à jamais mort sans sépulture.
Cette vie vaut pour l’éternité.
Visage d’ange, douleurs du temps, souffrance de l’être, détresse de l’âme.
Amour, je t’aime pour toujours.

Paul Stendhal.

Publié dans : Prose Poétique | le 7 juillet, 2011 |2 Commentaires »

Poème : Stance éternelle

Stance éternelle

Amour, Amour, Amour !
Ode des coeurs unis,
Où que tu sois, tu luis,
D’une si belle vie,
Retenue pour toujours.

Paul Stendhal

Publié dans : Poèmes | le 7 juillet, 2011 |2 Commentaires »

Citation

Citation

« Les sentiments sont à l’Amour, ce que l’empirisme est à la Science: une opportunité du hasard assujettie à l’indéfectibilité du destin. »

(Paul Stendhal)

Publié dans : Citations | le 6 juillet, 2011 |Pas de Commentaires »

Citation

Citation

« L’union symbiotique n’est qu’une illusion pour ne pas dire une utopie. L’Amour, seul, est une irréfragable grâce. »

(Paul Stendhal)

Publié dans : Citations | le 6 juillet, 2011 |1 Commentaire »
1...1213141516...18

Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Des histoires plein la tête. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jonathanjoyeux
| paizo2
| Les Logophiles